Précédente Accueil

 

 

 

FAUNE DU DONEZAN

 

  http://communities.msn.fr/FauneduDONEZAN

 

   Ce petit pays, situé un peu à l’écart de la chaîne pyrénéenne abrite une faune très riche et diversifiée qui n’a rien à envier au parc national et qui recèle même quelques particularités (Desman, Ours ?…).

 

   La plupart des espèces que je vais citer sont protégées, munissez vous donc simplement d’un bon appareil photo si vous souhaitez admirer le spectacle.

 

   Commençons par l’incontournable MARMOTTE : gros rongeur à la silhouette massive et arrondie hibernant une grande partie de l’année. On en rencontre en Asie en Europe et en Amérique du nord dans des espaces découverts entre 1000 et 3000 mètres d’altitude. A l’approche d’un éboulis près d’une pente herbeuse ralentissez l’allure et ouvrez l’œil ou les oreilles !

   Représentés par une dizaine d’espèces, ces animaux au corps robuste, à la queue touffue et aux pattes courtes et puissantes, possèdent un pelage fourni de couleur fauve parfois gris et avec le bout de la queue noire. Elles pèsent de 3 à 8kg et mesurent de 50 à 80cm.Elles sont herbivores et vivent en petites colonies.

   En automne, toute la colonie entre en léthargie dans les terriers après en avoir obturé l’entrée. Au printemps lorsque les marmottes ressortent, elles ont perdu toute la graisse accumulée pendant l’été ce qui équivaut à la moitié de leur poids.

   En cas de danger, elles émettent des sifflements brefs et puissants pour prévenir la colonie.

   La marmotte des Alpes a été introduite , avec grand succès, dans les Pyrénées dans les années cinquante.

 

   Deuxième animal emblématique de la région, l’ISARD ( le Chamois alpin) : herbivore ruminant tenant morphologiquement de la chèvre et de l’antilope qui vit dans des zones montagneuses escarpées entre 500 et 2500m d’altitude. Il peuple presque tous les massifs montagneux d’Europe et du proche Orient.

   Mâles et femelles portent des cornes fines qui sont implantées verticalement puis incurvées vers l’arrière en forme de crochets. Leur pelage est brun-roux, plus clair en été et plus foncé en hiver.

   L’Isard a failli disparaître dans les années 30 à cause de la chasse dont il était l’objet. Depuis 1946, la création de réserves et de parcs nationaux a permis à l’espèce de proliférer à tel point que l’on peut à nouveau chasser l’Isard à raison de quelques week - end par an et d’un seul individu mâle par chasseur.

 

   IL existe également dans cette région une population de GRANDS TETRAS ( Coqs des bruyères) : Tétras représente le nom courant de dix-sept espèces d’oiseaux de la famille des faisans vivant en Amérique du nord et en Eurasie.

   Chez la plupart des espèces, le dimorphisme sexuel est important mais ni le mâle ni la femelle n’ont un plumage vraiment vif. L’époque la plus propice à une observation est le printemps durant lequel a lieu la parade nuptiale des mâles.

      Si vous en croisez un dans les bois sans vraiment l’apercevoir dans le détail, vous ne pourrez douter de votre découverte si il vous a semblé entendre une voiture démarrer ou un hélicoptère décoller…

 

   Le LAGOPEDE est le nom usuel de trois espèces d’oiseaux qui forment un genre de la sous famille du tétras. Le Lagopède Alpin que vous pouvez rencontrer vers le Tarbezou ou le Roc blanc a un cycle de mue unique chez les oiseaux : outre le plumage de printemps et d’automne, il développe un plumage blanc l’hiver. Ses doigts presque nus aux autres moments de l’année, sont couverts d’une épaisse couche de plumes en hiver, sorte de chaussures de neige très pratiques…

 

   L’AIGLE ROYAL habite tout l’hémisphère nord dans les régions montagneuses et notamment dans le Donezan. Les femelles mesurent du bout du bec à l’extrémité de la queue près de 1m de long et leur envergure atteint 2m.Les mâles comme chez de nombreux rapaces sont plus petits mais de couleur identique ( brun foncé avec une teinte dorée sur l’arrière de la tête et du cou).Il se caractérise par ses pattes couvertes de plumes jusqu’aux serres .

   Pour se nourrir, il peut attaquer des proies de grande taille tels que les chevreuils. Il nidifie dans des aires situées dans des saillies montagneuses.

 

   Depuis peu des VAUTOURS FAUVES peuplent également le canton vers le col de Pailhères et sous le Tarbezou. C’est le plus grand vautour vivant en France, son envergure peut atteindre 3m. Une autre espèce de vautour se rencontre dans le coin : le PERCNOPTERE D’Egypte PERCNOPTERE D’Egypte qui attendra bien sagement que les vautours fauves aient terminé leur repas avant de s’avancer à son tour.

 

   Des MARTRES vivent également dans le Donezan. Les Martres appartiennent à la famille des mustélidés qui comprend également les belettes et les BLAIREAUX .La Martre d’Europe de couleur châtain jaunâtre, à la gorge jaune et la fouine, à la gorge blanche vivent en Europe et en Asie . Ce sont des animaux longs et gracieux, aux pattes courtes et aux doigts armés de griffes pointues. Elles vivent dans le creux des arbres et se nourrissent de petits rongeurs, d’oiseaux et d’œufs.

 

   Le BLAIREAU d’Europe qui peut mesurer jusqu’à 90cm de long est un mammifère vivant dans les bois, carnassier et plantigrade, caractérisé par des pattes courtes et fortes, des pieds allongés et des ongles puissants. Il a une fourrure épaisse caractéristique. Il vit dans des terriers et a des mœurs nocturnes. Ses glandes périnéales émettent une forte odeur. Sa fourrure a une certaine valeur et Ses poils servent à fabriquer des brosses et des pinceaux.

 

   Vous pourrez croiser au détour d’un sentier, très rarement je vous rassure à moins que vous ne soyez vraiment à l’affût, des RENARDS, des CHEVREUILS, des ECUREUILS, des GRANDS DUCS,  des SANGLIERS dont la surpopulation fait que leur chasse très prisée ne met pas en péril le développement de l’espèce, loin de là.

   Il est tout aussi rare de croiser un LIÈVRE surtout le LIÈVRE VARIABLE, d’un brun grisâtre la majeure partie de l’année et qui devient totalement blanc en hiver.

 

   Une espèce très rare vit au bord de quelques cours d’eau, c’est le DESMAN des PYRÉNÉES. J’en ai croisé un seul jusqu’à présent et la rencontre fut si furtive que sa description serait malaisée sans l’aide d’une Encyclopédie… « C’est un mammifère insectivore appartenant à la même famille que la taupe, menant une existence semi aquatique au bord des étangs et des cours d’eau et se nourrissant d’insectes de poissons et de mollusques. Il a un long museau évasé et souple, avec une fine et longue queue. Ses pattes antérieures sont partiellement palmées et ses pattes postérieures le sont complètement. Les terriers des DESMANS ont des entrées sous l’eau et des glandes odoriférantes donnent à ces animaux une odeur analogue à celle des rats musqués. Il est très menacé en raison de la dégradation du biotope dans lequel il vit.

   Les DESMANS appartiennent à la famille des Talpidés. »

 

   Et l’OURS, il est passé par ici ou il repassera par là ? On peut affirmer sans aucun doute, des témoins l’ont ou les ont vu d’assez près….et leurs traces le confirment régulièrement :  il y a bien depuis un an ou deux quelques  ours qui ont élu domicile entre le Donezan et le Capcir. Il s’agit probablement des « enfants de MELBA » Ce sont des ours bruns qui peuvent atteindre près de 2m de haut et 150kg, qui sont omnivores et ont besoin d’apport protéinique à la sortie de l’hiver d’où parfois quelques problèmes avec les éleveurs pyrénéens.

   Sans entrer dans la polémique actuelle : pour ou contre la réintroduction de l’ours dans les Pyrénées françaises, il est certain que le suivi des animaux en question laisse perplexe quant à son efficacité et que si un jour il faut choisir entre l’ Homme ou la Bête ?

   On essaiera de vous tenir informé de la suite des événement liés au plantigrade en question.

 

   Pour le moment, vous pouvez essayer de « traquer » les espèces citées dans cet article, c’est toujours un spectacle magnifique que de voir évoluer dans leur milieu naturel les animaux sauvages. Vous avez vraiment de grandes chances de les observer tous.

   Certains affirment également (mais je ne le confirme pas puisque je ne l’ai jamais vérifié de visu même par des traces) la présence  du LYNX et même du LOUP ?

 

   Question, commentaires ou témoignages seront les bienvenus à l’adresse suivante.

 

   BONNES BALLADES